Que faut-il attendre du prochain discours de Mario Draghi ?

L’événement économique de la semaine est sans nul doute l’intervention de Mario Draghi, le gouverneur de la Banque Centrale Européenne. Que faut-il en attendre, quand on sait que son intervention précédente avait évoqué des mesures pour une inflation proche de 2% dans la zone euro ?

Les européens dans l’expectative

bceLa décision et les orientations de Mario Draghi sont d’autant plus attendues que tous les outils à la disposition de la BCE et conformes à ses statuts ont été utilisés pour éviter la déflation en zone euro. Alors, quelle parade pourrait être utilisée cette fois-ci ?

Les experts s’accordent sur le fait que le retour à l’inflation devra passer par une hausse de la demande, ou une chute de la valeur de l’euro qui contribuera à baisser le coût de la dette. Ces solutions ne sont pourtant pas envisageables, car leur efficacité est sujette à caution. Le moyen le plus viable consisterait donc à faciliter les prêts, tout en apportant un flux de liquidités en comptant sur une consommation accrue des consommateurs européens.

Des solutions insuffisantes

Cependant, même la facilitation des prêts se fait déjà à des taux très bas. La seule option qui reste consisterait à inonder le marché financier de monnaie fraîchement imprimée. Or, là aussi, la BCE a déjà fait ses preuves en proposant des plans successifs de prêts aux banques sur le long terme, ainsi que la mise en pension de titres.

Or, depuis lors, la consommation ne s’est pas envolée, ou du moins pas suffisamment pour provoquer un choc de la demande.

La dernière parade consisterait donc à solliciter les Etats, qui n’ont pas encore joué leur rôle. Mais comment le pourraient-ils alors qu’ils sont autant surendettés ? La BCE pourrait donc racheter des titres d’Etats sous des conditions drastiques afin de relancer la machine de l’investissement public. Le seul problème, c’est que les statuts de la BCE interdisent formellement cette pratique ! La BCE, indépendante, ne doit généralement pas financer le déficit budgétaire des Etats.

Au final, ceux qui militent depuis des années pour des réformes d’assainissement de l’économie n’ont peut-être pas tort.

Un choix et des options cornéliens

La BCE est donc devant un choix cornélien : comment réussir à relancer l’économie sans inciter au laxisme budgétaire ? Les rumeurs vont bon train sur un plan hybride que la Banque Centrale Européenne préparerait, et qui sera présenté le 22 janvier prochain. La BCE envisagerait en effet un élargissement des titres en pension, et notamment une ouverture aux titres de dettes d’entreprises privées et peut-être une intervention sur le marché obligataire souverain.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que l’euro sera très agité ce jeudi.

Nicolas Sevignan

En savoir plus

Je suis dans le trading depuis maintenant 5 ans. Retrouvez mes conseils sur mon site et choisissez les meilleurs brokers grace a mes astuces.

Voir les articles - Visiter le site

Comments are closed.