Quatre facteurs qui prouvent que 2014 a été l’année du dollar

On s’attendait à ce que le dollar prenne de la valeur sur le Forex. Les prédictions se sont bel et bien réalisées, et quelques conjonctions de facteurs prouvent bel et bien que sur les 12 derniers mois, les choses se sont arrangées pour une monnaie qui était à la peine depuis quelques temps.

Un ralentissement de l’économie mondiale

dollar1L’économie mondiale peine à reprendre du poil de la bête depuis 2011. Par ailleurs, un ralentissement très marqué de l’économie chinoise allié à une récession inéluctable dans la zone euro ont provoqué une déflation généralisée.

Le dollar, qui est à un niveau relativement bas, n’a pas subi ladite déflation avec le même choc. La monnaie a donc conservé de bon niveaux de prix, y compris sur les marchés financiers tels que le Foreign Exchange.

Des spéculations en faveur d’un resserrement en 2015

Par ailleurs, la FED a décidé de ne pas augmenter ses taux d’intérêts. Cependant, de plus en plus de traders pensent que l’institution pourra resserrer les taux d’intérêts au cours de l’année à venir.

Au final, c’est le dollar qui ne s’en porte que mieux tant que le resserrement annoncé n’est pas arrivé. La politique d’assouplissement de la FED a largement contribué à maintenir le billet vert à un taux acceptable. Même si le début de l’année fut difficile, les orientations de Bernanke et Yellen ont été profitables pour le dollar.

L’instabilité géopolitique en Europe

Habituellement, l’instabilité politique profite au dollar qui devient alors une valeur refuge. Avec l’aggravation du conflit syrien et surtout de la crise ukrainienne, les investisseurs ont de plus en plus d’aversion pour les risques.

Conséquence : le marché est particulièrement volatile, mais les prises de risque sont très réduites de la part des traders. Et le dollar ne s’en porte que mieux.

Des améliorations notables sur le marché du travail

Le facteur le plus intéressant est sans doute l’amélioration du marché du travail aux Etats-Unis. Depuis le début de l’année, le secteur économique et celui de l’emploi ont enregistré de réels progrès soutenus. Par exemple, le taux de chômage est passé de 6.6% à 5.8%, un taux qui est à son plus bas depuis plus de 6 ans.

Les avancées les plus notables ont été enregistrées à partir du mois de juin 2014, avec une moyenne de 250 000 emplois créés dans un contexte mondial très fragile. Il faut néanmoins rappeler que les salaires ne progressent pas au même rythme que les emplois, ce qui est à la fois un danger et une préoccupation pour la très prestigieuse FED.

Nicolas Sevignan

En savoir plus

Je suis dans le trading depuis maintenant 5 ans. Retrouvez mes conseils sur mon site et choisissez les meilleurs brokers grace a mes astuces.

Voir les articles - Visiter le site

Comments are closed.